Matériel voyage à vélo


Vous voulez voyager à vélo mais vous ne savez pas trop par quoi commencer ? Acheter un peu de matériel est une bonne idée ! Je vais vous montrer qu’avec peu d’argent on peut déjà bien s’équiper. Bien sûr vous n’aurez pas le matériel dernier cri mais vous aurez de quoi partir à l’aventure avec confort. Alors, on y va ?

Le vélo

Je vous l’accorde, c’est la partie la plus complexe. Tout d’abord, vous avez plusieurs types de vélo pour voyager : le vélo de trekking, le vélo de route, la randonneuse, ou encore le VTT… A mon sens, tous ces vélos ne sont pas les meilleurs pour toutes les sortes de voyages. Par exemple, si vous voulez rouler 200km par jour à vive allure, vous opterez sans doute pour le vélo de route ou le Gravel en mode « bikepacking ». Si vous partez pour un tour du monde, un vélo de trekking ou une randonneuse selon le cintre que vous préférez sera sans doute plus adapté, notamment au niveau des rapports des vitesses et de la capacité de charge (ce sont souvent des cadres aciers, même si l’alu est de plus en plus courant). Enfin, si vous voulez vous laisser la liberté de prendre des chemins de montagne ou que votre VTT est particulièrement confortable, ce type de vélo peut être une bonne option. Prenez toutefois en compte le fait que les pneus sont larges et que si votre itinéraire ne comporte que du goudrons, vous perdrez un certain nombre des atouts du VTT, surtout que fixer des portes-bagages s’avère un peu compliqué en raison de l’absence d’œillets. On pourra opter pour un porte bagage sur haubans, ou encore des sacoches du type « bikepacking » mentionnées plus haut.
Vous avez donc déterminé le type de voyage que vous souhaitez faire, il s’agit à présent de trouver un vélo. En ce qui me concerne, je n’ai jamais acheté de vélo neuf. Parcourez les différents lieux de vente d’occasion autour de vous : Emmaüs, brocantes, trocantes, Le Bon Coin, Trocathlon, Troc-vélo etc. J’ai par exemple trouvé ma randonneuse Peugeot sur le site de petites annonces pour une centaine d’euros tout équipé : cadre acier Colombus Cromor, porte-bagages avant et arrière, pneus neufs, dynamo et lampes. J’ai simplement changé la selle pour remettre ma SMP Trekking (dont j’avais trouvé un exemplaire d’occasion chez mon vélociste à 30€).

A titre informatif, je vous donne une liste de mes indispensables du vélo de voyage : un cadre acier (plus lourd que l’aluminium mais plus durable et plus solide), un tout petit rapport de pédalage pour les cols avec de la charge et ma petite condition physique (pour ma randonneuse j’ai un 20×34), deux portes bagages (avant et arrière), un changement de vitesse au guidon et pas au cadre (je l’ai expérimenté et c’est vraiment galère en montagne), des pédales double face pour les pédales automatiques et pour le pédalage sans OU des cale-pieds, un cintre multi-positions (papillon, route, VTT avec cornes, corne de vache etc.)

Accessoires

Après le vélo, les sacoches. J’en ai trouvé une paire de la marque Btwin en parcourant les allées d’un marché aux puces : 5€ la paire. Elle font toujours bien l’affaire. J’ai également une petite sacoche de cadre à l’avant pour mettre mon « sac à main », c’est à dire le téléphone, le portefeuille, la caquette, le bandeau pour les oreilles, etc. Je l’ai achetée neuve à Decathlon mais vous pourrez sûrement en trouver d’occasion. Pour ce qui est du casque, mieux vaut peut-être l’acheter neuf aussi, sauf si vous avez la garantie qu’il n’a pas trop servi. Je m’en suis également procuré un sur le site de vente Privatesportshop, un peu moins cher. Attention toutefois aux frais de ports et aux délais de livraison selon les ventes…
Si vous roulez sans pédales automatiques, je vous conseille de vous procurer des cale-pieds : cela vous permettra d’avoir un coup de pédales un peu plus efficace.
Enfin, prévoir quelques tendeurs qui serviront à fixer quelques éléments à l’extérieur des sacoches comme la tente par exemple. Ceux-là se trouvent facilement d’occasion.

Vêtements

Il me semble que les choix des cyclos concernant les vêtements sont très différents : certains voyagent avec des tenues spécifiques au vélo (maillot, cuissard et chaussures automatiques), d’autres prennent des vêtements confortables (short, leggings, tee-shirt, baskets etc.). La seule chose que je peux vous conseiller est d’éviter le coton qui sèche mal lorsqu’on transpire et qui garde l’humidité. Pour le reste, libre à vous de voir ce qui vous convient. J’ai tout de même investi dans deux cuissards, ces shorts renforcés à l’endroit de contact avec la selle car cela me permet de rouler plus longtemps sans (trop) de douleurs par rapport à un short classique. Pour les achats neufs, parcourez les sites de ventes privées qui en proposent souvent, sinon en magasin de sport ou en ligne. En ce qui concerne l’occasion, n’hésitez pas à aller faire un tour sur Vinted, y compris pour tous les autres accessoires.

Nécessaire de camping

Qui dit voyage à vélo à petit budget dit camping. Je ne parle pas ici du bikepacking où l’on bivouaque en « Bivy », mais d’un voyage un peu plus confortable et un peu moins intense en pédalage. Là encore, les différents sites mentionnés plus haut vous permettront d’acquérir votre matériel un peu moins cher. Dans le cas de l’occasion, vérifiez avec le vendeur l’état de l’étanchéité… Reste à prendre un matelas (auto-gonflant ou en mousse), un sac de couchage adapté à la température, un sac-à-viande pour les nuits chaudes. Pour ma part j’ai un auto-gonflant de Décath, un sac de couchage Millet acheté en soldes à -50% à Intersport et un sac à viande en soie du Vieux Campeur acheté avec des bons que l’on m’avait offerts. J’ai également deux couvertures de survie un peu épaisses pour mettre sous la tente, notamment à cause de la rosée : cela permet de replier une tente sèche le matin (s’il n’a pas plu pendant la nuit).
Parlons à présent du réchaud. La solution la plus minimaliste est le réchaud à gaz avec une petite cartouche sur laquelle on fixe un support. Il faut en plus emmener une popote : couverts, casserole (qui peut faire office d’assiette), gobelet. Pour ma part, j’ai opté pour la Trangia qui fonctionne avec un brûleur à alcool et qui est relativement lourde. Pour cette partie, c’est plus le confort de pouvoir cuisiner qui a parlé : une poêle, deux casseroles, une bouilloire.

Le superflu

Si le vélo et les sacoches sont assez indispensables pour voyager, il est évident que nous faisons tous quelques choix d’emmener des éléments superflus. Mais c’est aussi ce qui fait que le voyage est agréable et que l’on se motive à partir. Je vous donnais l’exemple de la Trangia, mais la perspective de pouvoir faire rissoler des légumes frais le soir est vraiment sympa, surtout quand le budget est restreint (du fait que l’on voyage en Suisse par exemple…). C’est une autre histoire que je vous raconterai dans un autre article !